LE PROJET EDUCATIF

« Tous sont imprégnés du projet pédagogique, les éducateurs, l’équipe paramédicale, les parents, les bénévoles, et même les stagiaires issus des parcours qualifiants »

.

Cette démarche veut démontrer que seule une éducation réfléchie et structurée permet de faire suffisamment progresser les personnes handicapées pour promouvoir leur intégration dans la vie de tous les jours et donner un vrai sens à leur vie.

Le projet prévoit 2 éducateurs pour 5-6 résidants afin que le travail soit ciblé et efficace. En effet le Projet Educatif Individualisé contient plusieurs objectifs à atteindre (meilleure motricité, développement d’une communication verbale et : ou non verbale…) dont l’essentiel repose sur une plus grande autonomie du résidant.

Pour y parvenir et mettre en place des exercices adaptés, une évaluation individuelle réalisée par différents spécialistes (médecins, éducateurs, psychologues…), détermine avec précision un niveau de développement. Cela permet aux éducateurs de créer une grille de travail où apparaissent des exercices proposés quotidiennement avec des objectifs précis à atteindre. Ce travail se fait en 2011 sur l’outil informatique AIRMES.

L’architecture même de la Maison du XXIème Siècle, est partie intégrante du projet éducatif.
L’ensemble de toute la structure y compris le jardin, est un lieu de stimulation sensorielle et cognitive au service des 46 résidants. Il souligne la cohérence entre l’espace, le programme et le projet pédagogique. Par exemple, les galeries de liaison entre les deux bâtiments et la serre sont peu chauffées, même en hiver, afin de donner la possibilité aux enfants autistes ou malvoyants de prendre conscience de l’espace qui les entoure et des changements de locaux. Il s’agit d’une lutte contre l’homogénéisation d’un espace hospitalier qui offrirait une chaleur constante mais porterait le risque de voir certains résidants vivre en lieu clos 6 ou 8 mois de l’année : se couvrir, se dévêtir est une façon d’appréhender l’espace.

De l’extérieur, la structure se présente comme un grand bateau.
Qui « flotte sur les vagues » des Turbulences qui caractérisent la vie de ses habitants.

.

Une haie de 1,30 m de hauteur maximum, afin de laisser le regard pénétrer dans la résidence, borde la façade sud de la Maison. La diversité des végétaux la composant (charmilles, hêtres, lauriers), permet autant de « fenêtres » différentes pour comprendre Turbulences.

L’implantation de la piscine, en proue du bâtiment, séparée du trottoir par un simple massif bleu, écran face à la ville, est l’invitation au quartier à pénétrer d’une façon agréable dans la Maison : les grandes baies vitrées libres de rideaux permettent la vue des personnes handicapés dans leurs conditions les plus favorables ; ils sont là dans l’eau bleue comme tout le monde, ils ne font plus peur.